vous êtes ici : accueil > Divers

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte

Ils n’ont pas honte ! Collier anti-Covid, le flicage de trop

Depuis le début de la pandémie, la surveillance des salariés dans les entreprises s’intensifie.

En présentant son tout nouveau boîtier « anti-Covid », la direction d’Essity (produits d’hygiène) a créé un gigantesque tollé parmi les salariés. À en croire les syndicats, le projet tient plus d’Orwell que de Pasteur. Il s’agirait d’une sorte de boîtier avec dragonne, que tous les salariés porteraient autour du cou. À chaque fois qu’ils se retrouveraient à moins de 2 mètres d’un collègue (les distances de sécurité en temps de Covid), le boîtier déclencherait une alarme de 85 décibels.« Ce n’est pas tout,détaille Christine Duguet, syndicaliste CFDT, vent debout contre le projet.À chaque interaction un peu trop rapprochée, le boîtier enregistrerait des données. La direction nous présente ça comme un instrument sanitaire : comme chaque salarié disposerait d’un boîtier numéroté, ce serait plus facile de détecter, ensuite les cas contacts, si une personne est testée positive au Covid. Mais je ne crois pas à cet argument. »

Contactée par l’Humanité,la direction assure que des discussions ont été entamées« avec les représentants du personnel concernant un dispositif (boîtier) visant à limiter le plus possible tout risque de transmission du virus. Ce dispositif serait sans système de géolocalisation et non relié à des informations personnelles ».

Pas convaincus, les syndicats font valoir le peu de nombre de cas de Covid dans l’entreprise.« Nous vivons avec la crise sanitaire depuis près d’un an, et nous n’avons eu que 5 cas positifs,assure Christine Duguet.Sur une usine de 500 salariés, c’est peu, d’autant que nous ne recensons à ce jour aucune contamination : tous les cas contacts des 5 personnes en question sont ressortis négatifs des tests. Nous portons le masque en permanence, depuis le moment où nous franchissons la porte de l’usine jusqu’à la fin de la journée. »Avant de conclure :« Pour moi, la seule raison d’être de ce boîtier est de fliquer les salariés. Sinon, à quoi bon savoir que 2 salariés se sont croisés à moins de 2 mètres pendant X minutes ? »

Article L’Humanité du 14 janvier 2021

Article publié le 14 janvier 2021.


Politique de confidentialité. Site réalisé en interne et propulsé par SPIP.