vous êtes ici : accueil > Divers

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte

La droite critique l’abandon de l’objectif des suppressions de postes à l’État

“Pour maîtriser les moyens de fonctionnement de l’État, nous stabiliserons ses effectifs sur la période du quinquennat”, a confirmé le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt. “Vous mettez fin, assez discrètement, à cet objectif, presque en le valorisant”, lui a répondu le président LR de la commission des finances de l’Assemblée nationale, Éric Woerth.
Il n’y avait plus de surprise à attendre. L’objectif d’Emmanuel Macron de supprimer 50 000 postes dans la fonction publique d’État d’ici la fin de son quinquennat est purement et tout simplement abandonné par l’exécutif. Le ministre chargé des Comptes publics, Olivier Dussopt, l’a confirmé, jeudi 15 juillet, à l’Assemblée nationale lors du débat d’orientation des finances publiques pour 2022, après l’avoir fait sur le plateau d’Acteurs publics TV le 5 juillet.

“Pour maîtriser les moyens de fonctionnement de l’État, nous stabiliserons ses effectifs sur la période du quinquennat” et donc en 2022, a-t-il ainsi affirmé devant les députés. De quoi se faire rappeler à l’ordre par l’opposition, et notamment par le président LR de la commission des finances, Éric Woerth, qui n’a pas manqué de dénoncer une pirouette dans la communication gouvernementale à propos de ce “renoncement” de campagne.

“Bel exercice de communication”

“Certes, il ne faut pas avoir pour seul but de diminuer les effectifs, ce serait une approche trop comptable, mais comment maîtriserez-vous la dépense publique sans réduire le coût de la dépense publique”, a affirmé le député de l’Oise. Et de regretter que le gouvernement mette fin, “assez discrètement”, à l’objectif de 50 000 suppressions de postes “presque en le valorisant”.

”D’ailleurs, bel exercice de communication”, a développé Éric Woerth en rappelant les propos tenus par le gouvernement dans son rapport préparatoire au débat d’orientation des finances publiques. “L’objectif du Gouvernement est d’atteindre la stabilité de l’emploi public au sein des administrations et des opérateurs”, y est-il indiqué. “C’est vraiment magnifique, je suis très ému de lire cela”, a ironisé le président de la commission des finances.

Un renoncement amorcé dès 2019

Réponse d’Olivier Dussopt, sans viser directement Éric Woerth : “Le grand débat organisé en 2019, la crise, mais aussi les décisions que nous avons prises par ailleurs nous ont en effet conduits à reconsidérer certains éléments.” Et donc l’objectif de 50 000 suppressions de postes, tout bonnement enterré aujourd’hui.

Ce renoncement est en effet la conséquence à la fois de la crise sanitaire mais aussi, auparavant, de celle des “gilets jaunes” qui, toutes deux, ont donné lieu à des créations de postes. Avant l’été 2019, l’exécutif avait déjà ramené l’objectif à 15 000. Un niveau qui avait une nouvelle fois été abaissé, à 10 500 suppressions de postes, à l’automne 2019. Mais ça, c’était avant l’épidémie de Covid-19 et la crise sanitaire qui s’en est suivi…

Sur le plateau d’Acteurs publics TV, Olivier Dussopt s’est malgré tout félicité d’une chose : “La stabilité de l’emploi de l’État, cela sera une première” en comparaison des précédents quinquennats et notamment de ceux de François Hollande et Nicolas Sarkozy.

Article Acteurs Publics du 19 juillet 2021

Article publié le 21 juillet 2021.


Politique de confidentialité. Site réalisé en interne et propulsé par SPIP.