vous êtes ici : accueil > Divers

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte

Non, on ne peut toujours pas télétravailler tout en gardant ses enfants !

Le protocole sanitaire mis en place par le gouvernement conduit à une désorganisation profonde de l’accueil des enfants dans les crèches et les écoles. Classes fermées, enfants malades ou cas contacts, accès compliqué aux tests… des millions de parents, à commencer par les mères, jonglent entre leurs obligations professionnelles et la prise en charge de leurs enfants. Pourtant, en ce mois de janvier 2022, le gouvernement continue à faire comme si on pouvait télétravailler tout en gardant ses enfants, et les dispositifs d’arrêt maladie pour garde d’enfants excluent encore les salarié.e.s en télétravail ! Comme si les enfants se gardaient seuls, comme si faire l’école à la maison s’improvisait !

De nombreuses enquêtes, à commencer par celles réalisées par l’Ugict-CGT, démontrent que cette charge repose essentiellement sur les mères. Des centaines de milliers de femmes le paient de leur santé, avec des risques de burn-out, mais aussi pour leur carrière professionnelle. Mauvaises évaluations, baisse de rémunération, mise à l’écart des projets importants, remise en cause de responsabilités ou de perspectives de carrière, les conséquences négatives sont très concrètes pour les femmes cadres et professions intermédiaires, et auront un effet cicatrice sur tout le reste de leur carrière.

Encore une fois, les femmes servent de variable d’ajustement : leur travail est toujours considéré comme ayant moins de valeur. Ce sont elles qui, en cas d’imprévu, s’interrompent, travaillent porte ouverte, prennent des jours enfants malade ou refusent des missions ou responsabilités pour prendre en charge les enfants. Encore une cynique invisibilisation du travail féminin et des tâches domestiques.

Pour rappel, dans l’enquêteTélétravail un an après,conduite par l’Ugict-CGT en mai 2021, avec 15 000 réponses, 8 répondant.e.s sur 10 disent avoir déjà fait l’expérience de télétravailler, tout en s’occupant de leurs enfants ; 64 % disent avoir rencontré des tensions avec leurs enfants et 50 % avec leur conjoint.e. Cela pénalise spécifiquement les femmes, qui sont un quart à signaler que le cumul télétravail et garde d’enfant était fréquent (contre 20 % des hommes), et 61 % à avoir dû assumer cette charge seules, contre 31 % des hommes !

Cette charge s’est traduite par une dégradation du climat familial : 20 % des femmes (contre 14 % des hommes) déclarent avoir été fréquemment confrontées à des tensions avec leurs enfants en télétravaillant. Une situation qui se répercute aussi sur la fatigue : 34 % des femmes (contre 30 % des hommes) affirment être plus fatiguées en télétravail qu’en présentiel. Enfin, 20 % des femmes (contre 18 % des hommes) en télétravail déclarent un symptôme dépressif.

L’Ugict-CGT demande l’accès automatique à l’activité partielle (dispositif ASA dans la fonction publique) pour tous les parents qui doivent garder leurs enfants, y compris celles et ceux qui peuvent télétravailler, ainsi que la mise en place d’allègements et d’aménagements horaires par les employeurs pour tous les parents d’enfants.

Article L’Humanité du 18 janvier 2022

Article publié le 18 janvier 2022.


Politique de confidentialité. Site réalisé en interne et propulsé par SPIP.