vous êtes ici : accueil > Divers

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte

Un milliers manifestants à Nice pour la journée de mobilisation national du 5 octobree

La CGT, FO, FSU, Solidaires et l’UNL des Alpes-Maritimes appelaient à la grève et à la manifestation le 5 octobre 2021 à Nice. un milliers de personnes étaient présentes.
Le 5 octobre 2021 était une journée de mobilisation nationale intersyndicale et interprofessionnelle. Dans les Alpes-Maritimes, les fédérations locales de la CGT, FO, FSU, Solidaires et l’UNL entendaient bien participer.

En plus d’une grève qui ralentit fortement les transports en commun de la métropole niçoise par exemple, une manifestation était organisée. Le rendez-vous de départ était à 10 heures place Masséna.

Article Actu.fr
Entre 1 500 et 2 000 manifestants

« Le pouvoir d’achat, le retrait du projet de loi de réforme des retraites, l’arrêt du nouveau plan de l’allocation chômage et la défense des services publics » étaient les revendications principales, exprimées ici par Franck Haussner, secrétaire départemental de Force ouvrière.

Il estime qu’il y a entre 1 500 et 2 000 personnes mobilisées en cette matinée, « on espérait plus, mais pour Nice c’est déjà pas trop mal » poursuit-il. Il souhaiterait que ce soit le début d’un processus de mobilisation qui irait en grandissant.

Éducation, fonction publique, hôpitaux, Thalès, CPAM, transport, bâtiments, Pôle Emploi, des secteurs très différents étaient représentés.
Alerte sur les accidents de chantier

« Comme tout le monde nous venons défendre l’emploi, les salaires et les retraites » raconte Eric Robin de la CGT construction, « mais nous souhaitons également alerter de l’hécatombe que sont nos chantiers en France. »
Avec ses collègues, il affiche une banderole sur laquelle sont inscrits des chiffres forts : un mort par jour travaillé sur les chantiers, un accident toutes les cinq minutes.
« Les salariés sont brisés physiquement, ils ont un salaire de misère et le niveau de retraite est insuffisant » explique-t-il. Il souhaiterait des améliorations sur les chantiers, « mais les enjeux économiques prennent le pas sur tout le reste… »
Les salariés Pôle Emploi contre la réforme de l’allocation chômage

La CGT, plus nombreuse, était en tête avec dans ses rangs des salariés de Pôle Emploi. « On vient se battre contre les principes de la réforme de l’allocation chômage » indique Michel Michelotti, délégué syndical PACA chez Pôle Emploi.

Avec ses collègues, il appréhende les prochains versements de l’allocation, les premiers comprenant la réforme. D’autant plus que, contrairement à l’Île-de-France, Pôle Emploi des Alpes-Maritimes a décidé de retirer les agents de sécurité de toutes ses agences où il y en avait, seule Nice centre en conserve.

« Nous ne sommes pas pour le fait qu’il y ait des agents de sécurité, mais le timing est vraiment mauvais, ce n’est pas très judicieux, d’autant plus qu’ils ont aussi un rôle de prévention » explique-t-il.

Selon lui, « nous sommes de plus en plus dans un fonctionnement de masse des demandeurs d’emploi, contrairement aux discours qu’ils tiennent. Ils souhaitent que tout le monde retrouve du travail, mais ce n’est pas si simple que ça, il y a une différence entre ce qui est choisi et ce qui est subi et avec toutes ces réformes on tombe que dans du subi. » Il concède également recevoir de fortes pressions concernant les indicateurs et les chiffres.

Quelques partis politiques présents
Le cortège a quitté la place Masséna vers 11h et a fait une boucle sur la Promenade des Anglais avant de se diriger vers la place Garibaldi. Derrière la CGT, on retrouvait la FSU puis FO ainsi qu’une dizaine de gilets jaunes.
Des drapeaux du Parti communiste français et de la France Insoumise flottaient également. La mobilisation s’est terminée peu après 13h.

Article publié le 6 octobre 2021.


Politique de confidentialité. Site réalisé en interne et propulsé par SPIP.